Le Solar Decathlon est une compétition universitaire internationale. Des universités et grandes écoles du monde entier sont réunies autour d’un défi, celui de concevoir et de réaliser un habitat à l’échelle 1, fonctionnel, et utilisant le soleil comme unique source d’énergie. La prochaine édition européenne 2019 compte une seule équipe française dont font partie les Explorateurs : l’association HABITER2030.  Cette dernière a pour mission de fédérer des établissements de formation et de recherche, collectivités, entreprises et organismes professionnels autour d’un objectif commun : développer des projets pédagogiques, de formation, et de recherche interdisciplinaires répondant aux mutations des usages et enjeux qui accompagnent les évolutions techniques, économiques et sociétales nord-européennes.

Pour le concours 2019, le projet vise à produire un prototype à la pointe sur le plan thermique et de la qualité d’usage. Le prototype est un habitat individuel groupé à réhabiliter, typique de ceux produits massivement dans la période industrielle dans le Nord de l’Europe et en particulier en Hauts-de-France. L’horizon théorique du projet est 2030. L’enjeu est de proposer une solution adaptée à des rénovations massives, et donc à coût maîtrisé. Compte-tenu de l’ensoleillement régional, l’organisation a accepté que les besoins énergétiques du prototype soient issus de sources diversifiées (solaire et autres).

Les verrous et difficultés du sujet posent à l’équipe HABITER 2030 un défi qui trouvera sa résolution au croisement de différents champs : technique, technologique, urbain, humain, budgétaire et pédagogique.

Les sortants de la première cohorte issue de la formation sociotechnique portée la Chaire et Hervé Barry apportent leur éclairage pour que les solutions proposées soient en phase avec les évolutions pressenties du mode de vie occidental à venir (moins d’énergie et de déchets, mutualisation de matériels et d’espaces…), en veillant à l’acceptabilité et à l’appropriabilité de ces solutions.

Le projet finalisé devrait intéresser les habitants et les usagers de la ville bien entendu, mais aussi les professionnels (organisations du travail plus adaptées, nouvelles filières, etc.), les écoles (ancrage territorial plus fort, offres de formations initiale et continue plus pointues) et les laboratoires (recherches applicables).